30.05.2022 : Le Conseil des États rejette deux objets en lien avec la protection des animaux

Catégories Non classifié(e)

Le lundi 30 mai 2022, premier jour de la session parlementaire d’été, n’a pas été un jour favorable à la protection des animaux. Le Conseil des États a en effet a refusé d’interdire l’importation de trophées de chasse provenant d’espèces menacées, et de fourrure issue d’animaux maltraités.

Les sénateurs et sénatrices ont rejeté, par 25 voix contre 19, d’interdire l’importation de fourrures provenant d’animaux maltraités. Selon elles et eux, « les règles ont récemment été durcies, et il faut leur laisser une chance ». Pourtant, l’obligation de déclaration, entrée en vigueur en 2013, n’est pas mise en œuvre correctement. En novembre 2021, les inspections de l’OSAV (Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires) ont révélé que 79% des points de vente ne déclaraient pas correctement ou pas du tout leurs produits en fourrure. (Source : https://www.blv.admin.ch/…/vollzug/pelzdeklaration.html)

D’autre part, le Conseil des États n’a pas voulu, par 22 voix contre 17 et deux abstentions, interdire l’importation et le transit de trophées de chasse issus d’espèces menacées, comme l’éléphant d’Afrique ou le toucan. « Des mesures internationales, prises dans le cadre de la convention CITES, sont bien plus efficaces qu’une interdiction unilatérale de commerce », a pointé Benedikt Würth (C/SG) pour la commission. Quelques jours auparavant, le WWF s’était positionné en faveur de cette pratique, influençant probablement le vote des élu·e·s. L’association a en effet affirmé que « les recettes de la chasse aux trophées apportent une valeur ajoutée à la population locale, ainsi qu’aux espèces concernées et à leurs habitats », et que lorsqu’elle est gérée correctement, elle s’est révélée « être un instrument de protection efficace dans certains pays et pour certaines espèces, y compris celles menacées de disparition, dont profitent tant la protection de la nature que les communautés sur place ». (Source : https://www.wwf.ch/…/comment-le-wwf-percoit-il-la…).

Seul point positif de la journée, « le Conseil des États a tacitement accepté de mieux protéger les agneaux. Actuellement, la queue des moutons peut être raccourcie sans anesthésie si l’intervention est effectuée avant le huitième jour de vie de l’animal. L’intervention ne pourra à l’avenir pas se faire sans anesthésie ».

Plus d’informations sur les votes : https://www.parlament.ch/…/2022053020182140019415815903…

Retrouvez les réactions de trois élu·e·s suite aux votes :

> Céline Vara (Les Vert·e·s/NE) :


> Elisabeth Baume-Schneider (PS/JU) :


> Olivier Français (PLR/VD) :