Quel(le) candidat(e) au Conseil d’Etat fribourgeois défend les animaux ?

Catégories Non classé

Le 1er tour de l’élection complémentaire au Conseil d’Etat fribourgeois a lieu le 4 mars 2018. Afin de connaître celui ou celle qui est plus sensible à la protection animale, Animaux-Parlement a envoyé un questionnaire aux 7 candidats qui briguent la succession de la ministre fribourgeoise verte Marie Garnier.

Expérimentation animale, fourrure, consommation de viande, chasse, grands prédateurs, animaux de compagnie… Une vingtaine de questions leur ont été posées sur différents thèmes, comme vous pouvez le voir ici.

Pour l’heure, six des sept candidats ont répondu au questionnaire. Des tableaux récapitulatifs ont été réalisés en fonction de leurs prises de position : la case est verte lorsque leur avis est favorable aux animaux, orange lorsqu'ils sont sans avis ou d'avis contradictoires, et rouge lorsque leurs réponses sont défavorables aux animaux.

Juriste de 35 ans, la candidate indépendante née en Bosnie est originaire d’Estavayer et de la Folliaz. Mariée et ayant 2 enfants, elle habite à Villars-sur-Glâne. Le bilinguisme, la mobilité douce, l’égalité des chances entre hommes et femmes, la consommation locale ou encore la limitation des déchets sont des sujets qui lui tiennent à cœur.

Maya Dougoud a également accepté de répondre à quelques questions face à la caméra pour Animaux-Parlement

Retrouvez les réponses complètes de Maya Dougoud au questionnaire ici.

 

Le candidat, né en 1966, est musicien, enseignant et Conseiller général de Fribourg. Il voyage régulièrement à Cuba, et maitrise de nombreux instruments de musique. Parmi ses combats : la promotion d’un libre accès à l’art, la culture et la connaissance, la lutte contre les discriminations et le mobbing, la promotion de la transparence de l’État, ou encore la dépénalisation de la consommation de drogues douces au travers d’un marché contrôlé.

Claudio Rugo a également accepté de répondre à quelques questions face caméra pour Animaux-Parlement

Voici les réponses complètes de Claudio Rugo au questionnaire ici.

 

La candidate Verte de 46 ans, mariée et mère de deux filles habite à Rueyres-les-Prés. Ayant obtenu une maîtrise fédérale d’agricultrice, elle est aujourd’hui cheffe d’exploitation agricole, formatrice d’apprentis et présidente de Bio Fribourg. La création d’emplois, le soutien à l’économie locale et la préservation du patrimoine et de l’environnement sont ses thèmes de prédilection. Elle est également députée au Grand Conseil et cheffe du groupe Verts Centre Gauche.

La candidate n'a pas souhaité répondre aux questions d’Animaux-Parlement face à la caméra pour le moment.

Voici son commentaire concernant le questionnaire : "Je trouve que, bien que vos questions soient très longues, les réponses proposées (oui, non, pas d'avis) restent très limitées et trop réductrices en regard du détail des dossiers. Si je dis non parfois, ce n'est pas parce que je suis contre la mesure, mais parce que la solution ne me paraît pas réalisable ou alors parce que le canton n'est pas compétent. Il est difficile de l'expliquer dans votre questionnaire. De plus, en politique exécutive, on ne peut pas être absolument catégorique en ayant entendu qu'une version des faits (question des magasins de fourrure par exemple), en l'occurrence la vôtre. C'est pourquoi je me permets de ne pas me prononcer sur des thèmes que je ne connais pas".

Retrouvez les réponses complètes de Sylvie Bonvin-Sansonnens au questionnaire ici.

 

Mère de 3 garçons, la candidate socialiste, fille d’un ouvrier et d’une ouvrière, est née en 1978 et a grandi à Domdidier, dans la Broye fribourgeoise. Après une maturité en langues modernes et un début de diplôme d’enseignante au degré secondaire I, elle change de voie professionnelle et opte pour un apprentissage d’employée de commerce. En 2011, elle est élue au Conseil national. Elle s’engage notamment pour les femmes, les familles, la culture et le sport.

Valérie Piller Carrard a également accepté de répondre à quelques questions face à la caméra pour Animaux-Parlement

Retrouvez les réponses complètes de Valérie Piller Carrard au questionnaire ici.

 

Le candidat de 48 ans est spécialiste en environnement et gestion durable, est docteur en physique et travaille comme cadre à la Confédération. Ce père de 3 filles habite à Gruyères, et il est député au Grand Conseil depuis 2011. Il a également été président du parti de 2012 à 2017, et vice-syndic de Gruyères de 2000 à 2011. Parmi ses objectifs : Développer une économie forte, assurer la sécurité des citoyens ou encourager une agriculture d’entrepreneurs.

Didier Castella n'a pas souhaité répondre au questionnaire. Voici son explication : "J’ai pris connaissance de votre demande, faute de temps, vu les affirmations et jugements compris dans les textes explicatifs et vu le nombre de questions et de demandes similaires, je renonce à répondre en détail mais vous donne ma position. De manière générale, je pense que toute souffrance inutile doit absolument être bannie. Par contre, l’expérimentation animale reste nécessaire pour garantir la sécurité des êtres humains et pour sauver des vies grâce aux progrès de la médecine".

Il a cependant accepté de répondre à nos questions face à la caméra

 

 

Marié et père au foyer de deux enfants, le candidat de 42 ans réside actuellement à Murist. Diplômé de l'Ecole supérieure des beaux-arts de Genève, il a été policier municipal de la Ville de Genève, puis  chef de service du Corps des gardes-frontière pendant, avant de devenir chamane. Il est également responsable logistique du centre de renfort des sapeurs-pompiers d’Estavayer. Favoriser une économie locale et durable, protéger la nature et valoriser l’agriculture font partie de ses priorités.

Retrouvez les réponses complètes de Philippe Nahum au questionnaire ici.

 

Ruedi Schläfli, 43 ans, est agriculteur, gérant d’un magasin d’apiculture et coach sportif. Lutteur durant 25 ans, il a également formé plus de 600 sportifs. Ce père de famille de deux enfants est député au Grand Conseil Fribourgeois depuis 2011, et président du parti cantonal depuis 2017. Parmi ses priorités : encourager les exploitations agricoles performantes, appliquer la tolérance zéro en matière de drogues ou encore freiner le développement des prestations sociales dans le secteur public.

Le candidat n'a pas souhaité répondre aux questions d'Animaux-Parlement face caméra, indiquant : "Je ne suis pas intéressé par ce genre d’interview car très clanique, les jugements fusent facilement sans connaître toutes les variables".

Retrouvez les réponses complètes de Ruedi Schläfli au questionnaire ici.